P1250853-2

Le samedi  6 avril 2013, l’ADAKI recevait une délégation de plus de 15 judokas du Loir-et-Cher, venant de Vendôme, Oucques et Montoire. Cette rencontre faisait suite à une demande de leur part, faisant écho aux démonstrations de kendo que l’ADAKI ne manque jamais de faire lors de la cérémonie des vœux du dynamique CDJDA 41. C’était donc un honneur pour nous d’accueillir ces judokas, curieux et avides d’en savoir un peu plus sur notre pratique de l’escrime japonaise.


P1250883-2

 

Pour cette occasion, nous avions concocté un  programme de 3 heures d’initiation au kendo, avec l’objectif de « balayer » le plus vastement possible la pratique de notre art martial, sachant que le public, bien que débutant en kendo, avait déjà une bonne pratique des arts martiaux via le judo ou le ju-jitsu.

Après un rapide discours sur le kendo (art du sabre, samurai, voie, Japon, etc), nous avons commencé par étudier les déplacements (ayumi ashi, okuri ashi) puis la tenue du shinai (notion du sabre). Puis nous avons effectué les coupes Men et Kote, d’abord sur place, puis sur 1 pas et enfin « en passant ». Le niveau de compréhension des « débutants » était impressionnant et nous permit d’aller très vite dans la progression. Evidemment, nos débutants étaient tous des judokas qui intégraient très vite les consignes, même si elles différaient largement de leur pratique habituelle !

P1250895-2

Mais surtout, cette séance rythmée fut possible grâce aux nombreux kenshi de l’ADAKI qui avaient répondu présents et assurèrent le rôle de motodachi, de sempai (anciens) vis-à-vis des kohai (élèves). Là aussi, l’esprit « club » (clan ?) a joué, chacun des adakiens ayant compris que « partager » notre passion faisait aussi partie de la vie de notre dojo.

Après une petite pause, les kenshi revêtirent l’armure et nos amis judokas purent mettre en application les coupes Men et Kote sur un partenaire casqué, avant de pratiquer un Uchi Komi Geiko les mettant en situation de combat.

P1250942

En final, les judokas furent invités à regarder les kenshi faire gi geiko (combat libre) entre eux, et à essayer de détecter les ippon, c'est-à-dire les coupes réunissant le ki ken tai no ichi recherché pendant tout le cours d’initiation !

La matinée se termina par une collation permettant d’échanger nos impressions avec nos partenaires. Trois heures plus tôt, le contact, avait été plutôt réservé, mais après l’entraînement les échanges furent beaucoup plus conviviaux !  Les judokas semblent avoir vraiment apprécié cet entraînement qui leur a fait découvrir la voie du sabre. A nous maintenant d’aller nous former à la « voie de la souplesse » !

De cette journée, je retiendrai une sensation qui tient dans le mot « solidarité ». Solidarité ente les judokas et les kendokas… Nous pratiquons 2 arts martiaux très différents, ne serait-ce que parce que l’un d’eux se pratique à mains nus et l’autre avec une arme, mais cela ne nous empêche pas de partager un esprit commun. Sans doute celui qui est composé des 2 mots « Art » et « Martial ».

P1250880-2

La solidarité s’est aussi exprimée dans la réponse positive des Adakiens venus nombreux à cette séance de rencontre. On (les enseignants) ne leur avait pas promis une séance de progression en kendo, mais juste une séance où ils auraient à servir de sempai (celui qui sait) devant des kohai (élèves, qui ne savent pas encore….). Et ils sont venus, kyusha ou yudansha, fiers et heureux de transmettre leur « savoir », aussi modeste soit-il.

Je pense que, au-delà du combat, chacun de nous pratique le kendo pour connaître de telles sensations, où le partage est fondamental, que l’on soit celui qui reçoit ou celui qui donne.

à+

Olivier

PS: voir le programme

P1250960