Paris Taîkaî 2012... 5ème rassemblement international organisé par le CNK (Comité National de Kendo) à Paris autour des arts martiaux du sabre

En écho au Kyoto Taïkaï qui a lieu tous les ans, le Paris Taïkaï, reste plus modeste dans sa dimension et sa fréquence, puisqu’il ne revient que tous les 4 ans… Raison de plus pour ne pas manquer cet événement unique en Europe !

 

Cette année, l’organisation était particulièrement réussie : un samedi consacré à des stages concernant les divers arts martiaux affiliés au CNK (kendo, iaido, naginata, chambara), suivi d’un spectacle consacré à l’art du sabre sous ces diverses formes, et un dimanche consacré à une compétition de kendo et à des stages dans les autres disciplines.

   IMG_0136 

Ce Paris Taïkaï recevait comme d’habitude, une large délégation de maîtres japonais, mais également de nombreux étudiants et étudiantes japonais pratiquant un kendo… dynamique !

Paris Taïkaï 2012 avait une saveur particulière en raison de 2 évènements :

 

1)     Il y a 60 ans, en 1952, la pratique du kendo fut à nouveau autorisée au Japon, après 7 ans d’interdiction par l’occupant américain, suite à la 2ème guerre mondiale. Nariaki Sato sensei, Président de la délégation d’échanges amicaux européo-japonais de la All Japan Students Kendo Federation, a remercié la France d’inviter des étudiants japonais (17 étudiants et 9 étudiantes) au 5ème Paris Taïkaï pour célébrer cet événement.

 

2)     Il y a pratiquement un an eut lieu la terrible triple catastrophe qui toucha le Japon (tremblement de terre, tsunami et catastrophe nucléaire), et Jean-Pierre Soulas, Président du CNK, fit respecter une minute de silence en hommage aux victimes. Les adakiens et autres kenshis sont particulièrement sensibilisés à ce malheur qui touche le Japon (voir la page facebook https://www.facebook.com/groups/kizuma.pour.tohoku/ et/ou le blog  http://kizunatohoku.canalblog.com/ , et bien d’autres sites solidaires !)

 

L’ambassadeur du Japon en France, Ichiro Komatsu a ainsi remercié toutes les personnes qui, en France, ont soutenu son pays. Il a aussi remarqué que l’ambiance du Paris Taïkaï lui rappelait les moments où, lui et sa femme, allaient encourager leur fils à une compétition de kendo !

 

  

Le samedi matin (9h-12h) et après-midi (14h-17h) permettait de suivre différents stages, que ce soit en kendo, iaido, naginata ou chambara. Nous étions 2 de l'ADAKI (Antonio et Olivier) à participer au stage de kendo (le 3ème prétendant, François, rendu borgne a fait mi-mitori geiko dans les tribunes!), et 1 seul adakien participa au stage d’iaido de l’après-midi (Olivier).

 

IMG_0138-2

 

Le matin, les kenshis furent séparés en 2 groupes: d'un côté ceux qui voulaient faire le kihon au bokkuto, de l'autre ceux qui voulaient pratiquer le nihon kendo kata. Les 2 adakiens allèrent dans ce second groupe.

(NDLR : quelle drôle d’impression de constater que de nombreux pratiquants de kendo viennent à un stage de kendo  sans bokuto ! Quel kendo pratiquent-ils?)

 

Sous la houlette de K. Watanabe sensei (kyoshi 8ème dan), nous avons passé en revue les 7 premiers kata, ce qui fait déjà un bon programme. Personnellement, j'avais Jean-Yves Hoarau (6ème dan, que j'ai eu la chance de rencontrer lors des stages du BFEK) comme partenaire... ça met la pression, et ça permet de progresser, sous ses conseils comme sous ceux extraordinairement clairs de Watanabe sensei. Il a énormément insisté sur la notion d' aite (notion de partenaire, opposant, partage) sans laquelle les kata, et le kendo, n'ont pas de sens. Le nihon kendo kata est un combat, et il faut le vivre comme tel. On n'est pas là pour répéter bêtement un scénario, mais pour reproduire un combat.

 

IMG_0159-2

 

En final de ce cours magnifique, Sato Nariaki sensei (Hanshi, 8ème dan) est venu insister sur tous ces points: on doit vivre le combat intérieurement. Pas question de "sur-jouer" le kata en prenant une mine patibulaire (ou presque) ou en adoptant des attitudes « théatrales » (style « Kill Bill »)… Non, le combat, la force doivent être intérieures… Il nous a expliqué qu’il existait différentes gardes qui différaient suivant les écoles traditionnelles, mais celles retenues pour le nihon kendo kata étaient bien définies et devaient être respectées.

J’adhère totalement à l’enseignement de Watanabe sensei et de Sato sensei… Mais il y a juste un point de détail qui me pose problème : la main gauche sur le bokuto… Takeyoshi sensei (voir stage Blois janvier 2012) nous a enseigné de laisser l’équivalent d’un doigt entre la tsuka kashira (extrémité de la poignée) et la main gauche, alors que Sato sensei nous a montré que le bokuto doit être tenu comme un shinai, c’est à dire avec le petit doigt couvrant parfaitement l’extrémité de la tsuka…

Jean-Yves Hoarau m’en a parlé, et il m’a confirmé que les 2 « écoles » existaient… Donc, comme je dis souvent aux élèves : faites comme le sensei vous dit !!

 

L’après-midi, le stage de kendo démarra sur les chapeaux de roues. C’est impressionnant de faire des suburi (frappes dans le vide) avec plusieurs centaines de kenshis !! Après une bonne série de kiri gaeshi , de Men et de kote Men, ce fut Mawari Geiko, suivi rapidement de Gi Geiko ! Ca permet au kenshi français de se trouver soudain confronté à un maître de kendo, 7ème ou 8ème dan et de mesurer l’étendue du chemin à parcourir… Ou de se trouver face à un jeune étudiant japonais, 3ème ou 4ème dan, et de mesurer à nouveau l’étendue du chemin à parcourir… Dans le 1er cas, si on met ippon c’’est que le maître le veut bien, dans le 2ème, l’espoir est plus grand de placer un ippon réel ! En tous les cas, l’objectif de s’ouvrir vers un kendo « réel » est atteint. Un grand merci aux sensei qui savent adapter leur kendo au pratiquant et le faire progresser sur la voie. Personnellement, je n’oublierai jamais le combat avec Togasaki Masamichi sensei, intense moment de partage.

A peine le stage de kendo fut-il terminé, que le parquet de la Halle Carpentier fut partagé entre Naginata, chambara et iaïdo. Je rejoignis le groupe de iaidokas et, sous la houlette de quelques sommités françaises du iaido, je pus progresser dans ma pratique du seitei iaï. Quand un sensei est venu me demander mon nom et mon club, je lui ai donné ces informations, mais en précisant bien que mes défauts ne venaient pas du sensei de l’Adaki (Baptiste), mais juste du fait que je ne pratique pas assez le seitei iaï !!! En tous les cas, les conseils prodigués m’ont permis de progresser en voyant mes défauts majeurs. Un excellent stage, trop court mais intense !

Après une pause permettant de prendre une douche salvatrice, eurent lieu les combats de kendo par grades (5ème à 7ème dan). Je n’ai pas pu y assister, étant parti dans le quartier (chinois) à la recherche de nourriture !

A 19h30 eut lieu la cérémonie d’ouverture, avec les discours déjà évoqués : Nariaki Sato sensei, (Président de la délégation d’échanges amicaux européo-japonais de la All Japan Students Kendo Federation), Ichiro Komatsu (ambassadeur du Japon en France), Jean-Pierre Soulas (Président du CNK).

 

IMG_0153-2

 

Ensuite eut lieu la rencontre France-Japon, opposant 10 combattants français aux étudiants japonais sélectionnés. Les combats furent serrés, Plein d’énergie, de ki, tant du côté japonais que du côté français, le suspens fut assuré, et si le camp japonais l’emporta finalement, nos combattants français n’ont pas à rougir de leur prestation !

IMG_0163-2 

 Après cette compétition amicale, , place fut faite aux différentes démonstrations de l’art du sabre : Nihon Kendo kata (Sato Nariaki et Sumi Masatake), Muso Shinden ryu (Dominique Losson), Itto Ryu kenjutsu (Yoshimura Kenichi et Claude Pruvaost), Naginata, Shinto muso-ryo-jojutsu (Emmanuel Laurier et Daniel Champeimont), shindo munen-ryu-tachi-iaï (Togasaki Masamichi)… Je ne décrirai pas plus ces différentes  écoles… Mais le kendo et le iaïdo ont ouvertement de nombreuses connexions avec ces écoles d’arts martiaux !

 

IMG_0169-2

 Itto ryu, l'ancêtre du kendo moderne...

Des instants magiques où des sensei (maîtres) nous montrent leur savoir… Passionnant, émouvant, instructif… J’espère que l’adakien venu nous rejoindre (Guillaume et ses amis) aura su apprécier le spectacle !

 

IMG_0171-2

Combat de 8ème dan... 

 

Le dimanche était consacré à une compétition de kendo pat équipes de 3, où l’ADAKI présentait une équipe dans la catégorie 36 ans et plus (Antonio, François, Olivier). Malheureusement, suite à des problèmes physiques ou de santé, 2 des kenshis durent être forfaits… Le 3ème survivant (et ce n’est pas forcément le plus jeune, le plus beau, le meilleur !), bien que de bonne volonté ; ne pouvait assurer tout seul… L ‘ADAKI se retira donc de la compétition, laissant ainsi sa chance à toute autre équipe ;) !!!!

 IMG_0176-2

(Minori peut rire... elle n'aura pas à rencontrer les redoutables kenshis de l'ADAKI!!) 

 

 

Paris Taïkaï 2012… Un très bon souvenir… Vivement 2016 !

A+

Olivier