Sukiyaki Western Django

Alors là, voilà un chef d’œuvre que je ne connaissais pas… Réalisé en 2007, il ne me semble pas l’avoir vu passer sur les écrans français… J’ai trouvé le CD chez Book-Off, à Paris, rue Sainte-Augustin, dans le quartier japonais de Paris (quartier de la rue Sainte-Anne, 1er arrondissement).

sukiyaki_western_django_4

Après les western spaghetti et les films chambara de samuraï, voici le premier Sukiyaki Western !!

Quelques définitions (wikipedia) :

Western = genre cinématographique dont l'action se déroule en Amérique du Nord lors de la conquête de l'Ouest.

Sukiyaki = fondue japonaise composée de viande en très fines tranches de bœuf d'environ 2 mm, et de nombreux autres ingrédients comme des champignons shiitake ou enokitake, du shungiku (feuilles de chrysanthème), des nouilles shirataki, du chou chinois ou du tofu grillé.

Le western spaghetti, sous-genre du western qui tire son nom de son origine italienne, a connu un large succès qui s’est épuisé il y a déjà quelques décennies, mais voici peut-être son successeur venu du pays du soleil levant : le western sukiyaki, avec son premier film justement intitulé Sukiyaki Western Django.

Sukiyaki Western Django

Le nom Django ne fait pas référence au guitariste de jazz manouche, mais à une série de western spaghettis des années 60….

Western nous donne bien sûr le genre cinématographique, et sukiyaki, en référence à la fondue japonaise, nous informe du style de western dont il s’agit : un western se déroulant au Japon, où plutôt dans un Japon imaginaire mêlant clichés de la conquête de l’ouest et codes des films de samuraï !

sukiyaki_western_django_5

Il faut une bonne dose d’humour et apprécier le 2nd ou 3ème degré pour suivre cette histoire de clans : les Genji contre les Heike, pire que les O’Hara contre les O’Connor !.

Un film de Takashi Miike en collaboration avec Quentin Tarantino (là, ça vous donne un indice sur le style déjanté du film !) est un véritable chef d’œuvre qualifié d’ « Opéra de violence baroque et barré, juste fou » (Mad Movies) !

Les références à l’histoire du Japon (le chef des Genji s’appelle Yoshitsune) et les références cinématographiques sont nombreuses et séduiront le fan du Japon, des mangas, des westerns et/ou du cinéma, ou plus simplement le spectateur ouvert à tout.

sukiyaki_western_django_2_2

Chaque plan est une scène qui peut devenir culte, mais je retiendrai celle-là : sur un fond kitch mêlant un grand soleil couchant sur le mont Fuji, le maître (Tarantino himself) enguirlande celle à qui il enseigne l’art de tuer, lui reprochant de ne pas avoir pu trouver de tofu grillé à l’épicerie du coin :

« Ecoute mon trésor, si on avait été en pleine bataille tu n’aurais pas pu dire « ils n’avaient plus de balles, tirons des haricots à la place »… ça aurait pu nous coûter la vie, tu comprends ? »

sukiyaki_western_django_6_2

Et le maître ajoute « il ne faut jamais baisser la garde, la faucheuse en personne crèche dans ce bled… ». Cette phrase ne peut que résonner de façon positive parmi les pratiquants de sabre japonais que nous sommes, iaïdoka ou kendoka : ne jamais baisser la garde !!!

Allez, encore une scène culte, où le chef des Genji nous démontre comment parer un coup de sabre au front (un men uchi) : en arrêtant le katana entre les paumes de ses mains ! Un de ses élèves n’aura pas la même dextérité, et le sabre atteindra sa cible… les mains de l’élève cherchant vainement à attraper la lame et semblant applaudir le coup ;)

http://www.youtube.com/watch?v=yalK-jvl954

Ceci est un Men Ippon !!!

Je ne vous dévoilerai pas plus l’intrigue, qui d’ailleurs est accessoire, mais voici la bande annonce :  http://www.youtube.com/watch?v=nluPs-nGngk&feature=related

Un chef d’œuvre, un régal !!