soleillevant

asa = matin

geiko = geiko

asa geiko = geiko du matin

Donc, un geiko, un dimanche matin à 7h, c'est un asa geiko!

Le dimanche 1er mars 2009, ce fut donc un asa geiko que firent Béa, Baptiste, JB, Alain Olivier 2 et Olivier 1, avant la 2ème journée du stage de iaïdo animée par Jean-Jacques Sauvage.

Quelle drôle d'impression d'arriver en pleine nuit, à 7h, au Palais des Sports de l'ADA et de voir Béa courir sur la piste au son d'un blues-rock sortant de la voiture d'Alain, qui lui ne court pas mais tape du pied en rythme... Puis c'est Baptiste, l'air éveillé (ironie) qui arrive, juste avant JB et Olivier 2... Alors Olivier, ton amie est en vacances??!! (private joke, j'ai des noms!)

Tout avait commencé la veille au soir au Tatami, le restaurant japonais de Blois où les iaïdokas du stage Blaisois du Week-End fêtaient dignement le stage. C'est là, sans doute un peu égayé par la kirin biru, que j'ai émi l'idée d'un asa geiko, pensant en mon for intérieur qu'il n'y aurait surement pas de volontaires! Alors quelle ne fut pas ma surprise de voir cette idée (sotte et grenue) relevée par les quelques kendokas présents parmi les iaïdokas: chiche!

Chiche....!

Et voilà comment on se retrouve l'estomac vide, un dimanche matin à 7h, en train de faire jogebori puis kirikaeshi avant d'entamer 1 heure de mawari geiko!

Quelle sensation!!! Quel souvenir!!!  Quel plaisir de croisier le shinaï dans cette atmosphère si particulière! (un mélange de coton, de fluidité, de non-pensée...)

Quel souvenir!!

Le café (merci André!) et les croissants (merci JB!) furent les bienvenus... surtout pour ceux (Béa, Baptiste et moi) qui enchaînèrent par une matinée de iaïdo sous la houlette du maître Jean-Jacques Sauvage!

Inutile de vous dire que le dimanche après-midi fut consacré à la sieste!

Un souvenir marquant de la vie de l'ADAKI...

Promis, la prochaine fois on prévoit ça un peu plus à l'avance, ce qui permettra à chacun de connaître cette joie du "lever-tôt-juste-pour-faire-du-kendo"!!

à+

Olivier