bonjour,

ci-dessous une petite recherche que j'ai faite il y a quelques temps sur le maai. Je trouve cette étude pas finie, mais suite à quelques questions qui m'ont été posées, je vous la communique telle quelle!

à+

Olivier

Maai

« Que ton adversaire te trouve loin, mais qu’il soit proche de toi »

Le Ma Ai, ou maai, est souvent défini comme l’intervalle qui sépare les deux pratiquants lorsqu’ils s’exercent ou combattent.

Mais très vite on comprend que la seule notion de distance est insuffisante et qu’il faut y rajouter la notion de temps : le temps nécessaire au combattant pour franchir cette distance. Ici rentre donc la dimension spatio-temporelle du maai (1).

En fait, le bon maai d’un combattant rapide sera plus grand que celui d’un adversaire plus lent, ce qui donne un avantage au premier.

Mais la rapidité n’est pas le seul facteur qui intervient. Il faut rajouter le kokoro no maai : l’intervalle mental. Le mot « ma » sous-entend non seulement l’idée de « timing », mais également celle de « saisir sa chance » (2), d’où l’importance fondamentale de l’esprit. Saisir sa chance, c’est trouver l’instant où le partenaire à une baisse d’attention. Cet instant peut être fugace et peut être comparé au mouvement de balancier du pendule d’une horloge (4). En allant plus loin, cela englobe le concept de kyojitsu.

La position de chacun est un compromis, sans cesse fluctuant, entre la meilleure possibilité pour attaquer et la meilleure chance pour défendre (1). Le vieux précepte  « pour lui c’est loin, pour moi c’est proche » indique combien les mystères du bon maai dépendent du mental.

En kendo, on distingue 3 types de maai possibles entre 2 opposants :

1 – To Ma :

Longue distance entre les combattants, ils sont hors de portée d’une attaque directe. Les pointes des shinaï ne se touchent pas, ou à peine.

Si elles sont proches ou se touchent, c’est la distance ni soku itto no maai : distance qui nécessite deux pas pour frapper. Pour attaquer, le combattant devra faire un premier pas (lui permettant de se trouver à la distance Issoku itto no maai) avant de lancer son attaque, ce qui laisse un petit laps de temps à l’adversaire pour réagir et parer, éviter ou contre-attaquer. C’est la distance à laquelle les débutants doivent s’entraîner pour progresser et développer de grands et souples mouvements de tout leur corps.

2 – Issoku itto no maai (ou Itto ma):

C’est la distance fondamentale où il est possible, à partir de ai-chudan (les 2 partenaires sont en chudan no kamae), de frapper l’adversaire dans un seul pas en irruption. Par extension, il est possible d’échapper à l’attaque adverse dans un pas de recul (shirizoku). Il est également possible de faire échouer l’attaque en se déplaçant à droite ou à gauche, ou même en se rapprochant de l’adversaire.

Les pointes des shinaï sont croisées (à environ 10 cm des kensen), la distance est d’environ 2 mètres entre les combattants, dépendant bien sûr des facultés de chacun d’entre eux selon leur âge, sexe,  expérience, taille, longueur des bras, vélocité, habileté, lucidité, opportunisme, sang-froid, calme, etc.

3 – Chika ma :

Distance courte entre les combattants : les attaques pour être valables nécessitent une amplitude très réduite, et donc un très bon niveau du pratiquant de kendo.

A ces 3 types de maai, il faut rajouter Tsubazeriai : les 2 adversaires se retrouvent très proches l’un de l’autre, les shinaï croisés avec un angle très fermé, les tsubamoto se trouvant en contact. Pour frapper l’adversaire, une seule solution : reculer un grand pas en frappant (hiki waza) ou avancer en frappant alors que l’adversaire recule.

Chaque combattant cherche, par ses déplacements en avant, en arrière, à droite ou à gauche, à trouver le bon maai pour attaquer. Mais l’adversaire en fait autant ! Alors il est important de bien connaître son propre maai, la distance qui permet de porter une attaque valable.

Cette connaissance s’acquière lors des exercices tels que kirikaeshi et uchikomi.

Sources :

1 – Découvrir le Kendo, Claude Hamot et Yoshimura K., Budoscope éditions Amphora, 1991, p 60-62

2 – Kendo, the Definitive Guide, Hiroshi Ozawa, Kodansha Int, 1991, p 38-41

3 – Maai, Wikipedia, http://en.wikipedia.org/wiki/maai

4 – the Kendo Reader, Noma Hisashi, Kyoshi (1910-1939), traduction anglaise par Norges Kendoforbund, 2003

à+

Olivier

(http://www.adaki.org)

kendo_what_tha