IMGP4138bonjour,

en ce début de saison, il est intéressant de se remettre en tête la notion de senpai et de kohai.

Dans notre dojo, le senpai est le plus ancien pratiquant (ou un des plus anciens en tout cas!), une sorte de sage, d'aîné, celui qui connaît les règles du dojo, le reigi (l'étiquette), celui qui montre et enseigne aux autres le comportement adéquat.Ce n'est pas forcément le plus âgé, ni le plus "gradé", mais c'est celui qui "sait" comment doit fonctionner le dojo pour que chacun y trouve sa place et puisse bénéficier de l'enseignement du sensei dans de bonnes conditions.

Concrètement, en kendo à l'ADAKI, c'est Jean-Baptiste qui remplit le rôle de senpai. Et si il n'est pas là, ce sera Alain, Baptiste ou Xavier. Et si ils ne sont pas là ce sera un autre, le plus ancien. Le principe est évidemment le même en iaïdo.

Les autres pratiquants sont donc des kohai, qui suivent ce que leur indique le senpai (s'aligner, se tenir bien, mokuso, etc).

Mais la notion de senpai-kohai va plus loin, car dès qu'on se trouve en face d'un kendoka ou iaidoka moins expérimenté que soi, on devient le senpai de ce kohai, l' "aîné" et le "cadet" (entre guillemets, car en fait l'âge ne compte pas!)

Dans Wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Senpai_et_k%C5%8Dhai), la définition suivante apparaît:

"Dans la culture japonaise, le senpai (ou sempai) (先輩) est l'élève avancé et le kōhai (後輩) est le jeune élève. Le senpai a un rôle de tuteur auprès du kōhai, et il a un rôle de relais de l'enseignement du sensei, le professeur ; en retour, le kōhai doit le respect au senpai."

"Dans les budō (arts martiaux), l'élève ancien est là pour guider le nouvel élève. La notion de senpai et de kōhai dépend exclusivement de l'ancienneté de l'élève dans l'art, pas de l'âge ni du grade.

Laissons parler Nobuyoshi Tamura (8e dan d'aïkido) :

« Si l'esprit de gratitude [d'un senpai] envers un kohai s'exprime par cette seule pensée « Merci, de m'avoir permis de bien travailler aujourd'hui », le kohai sera heureux [;] de même si [le kōhai] remercie le sempai de son enseignement, [celui-ci] sera content. […] Il est grotesque d'avoir à dire « Respectez-moi car je suis votre sempai » […]. Le respect envers le sempai ne doit pas être provoqué, le kohai doit tout naturellement avoir envie de respecter le sempai. Le sempai, lui, prend soin du kohai car le kohai occupe la place qui est la sienne et mérite par là que l'on s'occupe de lui. »

Cette notion de relation senpai-kohai est typiquement japonaise, difficilement traduisible, et pour les japonais cela dépasse le cercle des arts martiaux.

Un très bon article est à lire pour comprendre cette notion:

http://claudeyoshizawa.canalblog.com/archives/2008/04/08/8629104.html

Comme disait Myamoto Musashi: réfléchissez-y bien :-)

à bientôt

Olivier